le Prix Korczak

La Fondation Kannerschlass attribue tous les 2 ans un prix d'une somme de 5000.- EUR pour honorer et soutenir le développement de travaux dans le domaine du travail social au Luxembourg.

Entrent en compte pour l'attribution de ce prix: des professionnels (hommes et femmes), de formations diverses (agent éducatif, médecin, assistant social, psychologue, pédagogue, sociologue, pédagogue curatif, enseignant, ...), ainsi que des associations. Leur travail fait preuve d'un profond respect des valeurs qui ont trait à la tolérance et à la solidarité. Il s’agit de travaux qui préfigurent une société plus juste, qui s’inspire du respect des minorités, favorisant l'intégration et luttant contre la marginalisation. Le caractère innovateur est majeur pour l’attribution du prix. En outre, et toutes choses égales par ailleurs, priorité sera accordée à un projet qui dispose de peu de moyens ou qui ne bénéficie pas de l’intérêt mérité auprès de l’opinion publique et des pouvoirs publics.
Les lieux d'intervention sont la prison, l'hôpital, l'école, les centres d'accueil et de consultation, ... Les domaines qui entrent en compte sont multiples : la psychiatrie d’adultes et d’enfants, les droits des enfants, les mesures de resocialisation pour des détenus, la pédagogie et l'intégration de personnes handicapées, d'exclus, la lutte contre la pauvreté et la violence, qu'elle soit familiale ou institutionnelle, le travail social de secteur ou lié à un projet particulier, la prise en charge scolaire, sociale, psychologique et/ou thérapeutique d'individus ou de groupes en difficulté, l’égalité des chances hommes-femmes et mère-père, … Cette liste n’est pas limitative.
Pour décerner ce prix, il a été constitué un conseil d'une dizaine de personnes, dont la participation est honorifique. Les consultations de ce conseil sont secrètes, les décisions pour l'attribution de ce prix sont prises dans le respect d'un consensus majoritaire. Les membres de ce conseil sont nommés à titre personnel et ne représenteront en aucune façon un groupe, une association professionnelle ou institutionnelle.




Janusz Korczak: une vie au service de l'enfance 




Les enfants ne deviennent pas des hommes, ils en sont déjà ...
Janusz Korczak. Varsovie. 1917

Ecrivain, médecin, éducateur, Janusz Korczak est entré dans l'Histoire le jour de sa déportation au camp de Treblinka, accompagnant dans la mort les enfants du ghetto de Varsovie qu'il avait refusé d'abandonner.

Originaire de Varsovie, Janusz Korczak doit, dès l'âge de 12 ans, subvenir aux besoins de sa famille ruinée par l'internement psychiatrique de son père. Il devient précepteur et découvre son goût et ses capacités à communiquer avec les enfants.

En observant et en aidant les orphelins perdus dans la ville, il comprend l'importance de l'amour, du respect et de l'éducation dans la vie d'un enfant. Il élabore ainsi ses premières théories pédagogiques. De 1896 à 1907, il écrira plus de 600 articles dans des revues spécialisées.

Devenu auteur à succès et médecin, il abandonne une carrière prometteuse pour créer deux orphelinats pilotes, Dom Sierot en 1913, Nasz Dom en 1919. Il instaure dans ces établissements une véritable société démocratique, organisée selon des principes de justice, d'égalité en droits et en obligations: "La République des enfants".



"Les causeries du Vieux Docteur", émission de radio familiale, "La petite revue" (ou " Le petit journal ") créée par les enfants, et ses nombreuses publications font de lui un homme connu de toute la Pologne. Il invente un héros emblématique qui devient son messager, son fils spirituel. En 1928 paraît "Le droit de l'enfant au respect", texte fondateur des principes reconnus en 1989 par la Convention des Nations-Unies des droits de l'enfant.

Le destin de Janusz Korczak s'inscrit également dans toute l'histoire tragique de la Pologne et de la Shoah. Victime dès 1936 de l'antisémitisme, la situation de Janusz Korczak et de ses enfants s'aggrave avec l'installation du pouvoir et des idées nazis. Ignorant la montée du danger, il refuse d'émigrer en Palestine et d'abandonner les orphelins dont il a la charge. Dom Sierot est transféré dans le ghetto de Varsovie créé en octobre 1940. C'est une lutte quotidienne pour nourrir les 200 enfants, une vie qu'il relate dans son "Journal du Ghetto" retrouvé et publié après sa mort. Une nouvelle fois, il choisit de rester, contre l'avis de ses amis qui lui proposent la fuite. Le 5 août 1942, peu après le début de la liquidation du ghetto, il embarque avec les enfants pour les chambres à gaz de Treblinka.

Personnalité scientifique la plus en vue dans le domaine de l'enfance en Pologne, Janusz Korczak oeuvrait depuis le début du siècle à une refonte complète de l'éducation et du statut de l'enfant. Cinquante ans après sa mort, sa pensée, son histoire et sa pédagogie interpellent plus que jamais les pratiques et les regards des adultes sur les enfants.

Texte extrait du document de présentation de l’exposition de l’Association française Janusz Korczak (17 janvier au 30 mars 2002)



Bibliographie
Korczak Janusz, Journal du Ghetto, Paris, Éditions Robert Laffont, 1998.
Ladsous Jacques, Janusz Korczak, PUF, Collection "Pédagogues et pédagogie", Paris, 1995.
Lifton Belly Jean, Janusz Korczak, le roi des enfants, Paris, Éditions Robert Laffont 1989.



Liens intéressants sur Janusz Korczack:

www.korczak.info
www.janusz-korczak.de